Méthodologie

Analyser les parcours de vie

Les recherches s’appuient  sur la réalisation de grandes cohortes sociales à visée comparative, en particulier l’enquête longitudinale GGS (Generations and Gender Survey) - complétée par la cohorte ELFE pour la situation des enfants depuis la naissance - et l’enquête Famille et logements, axée pour sa part sur l’obtention des données de cadrage.

Une approche intégrée des parcours de vie et de leurs contextes socio‐économiques sera la référence méthodologique de base pour les deux axes thématiques du projet. Il s’agit de suivre pas à pas un individu tout au long de son « parcours de vie » (life course), en recueillant l’ensemble de l’information permettant de décrire sa destinée et de la comprendre. L’idée est d’identifier, au long du parcours, la série des interférences qui infléchissent son destin. Les thématiques abordées vont au‐delà des seules caractéristiques démographiques pour intégrer par exemple les comportements de santé, le statut sérologique ou la situation administrative des migrants

Comparer à l’international

En matière de contexte des parcours de vie, les mises en perspective internationale jouent un rôle central. Ces approches permettent de mettre plus spécifiquement l’accent sur le rôle des politiques publiques dans l’infléchissement des trajectoires individuelles. Le contexte institutionnel dans lequel vivent les individus étudiés dans leurs parcours de vie tient, en effet, largement aux politiques publiques et au système de protection sociale.

En la matière, les politiques familiales, celles d’égalité des droits entre hommes et femmes, les réformes dusystème de retraite, les politiques de santé, la prise en charge de la dépendance, la compensation du handicap, sont autant de domaines qu’iPOPs analysera au regard de l’évolution des comportements individuelles et des transformations des sociétés.Le recours à des données de type longitudinal permettra de démêler le sens des causalités, grâce à la combinaison rigoureuse de données individuelles et de données contextuelles et à la mise en place de comparaisons internationales aussi harmonisées que possible, aussi bien dans la construction des données que dans leur exploitation.